Théoricien de la postmodernité, phénoménologue des tribus, décrypteur du présent, Michel Maffesoli est principalement affilié aux oeuvres d’Emile Durkheim, de Georg Simmel, de Max Weber, de Gilbert Durand, d’Edgar Morin, des situationnistes et de Jean Baudrillard. A l’inverse de tous ceux qui tentent de réhabiliter les grands récits idéologiques, il dépeint dans ses livres phares (La Logique de la domination, La Violence totalitaire, L’Ombre de Dionysos, Au creux des apparences ou Le Temps des tribus) un cosmos pluriel et mouvant, dans lequel tribus, groupuscules et réseaux se font, se défont continuellement. Maffesoli braque le regard sur les multiples cultures, sous-cultures et contre-cultures qui constituent la matrice du grouillement postmoderne. II délimite sans cesse des champs provisoires. On dirait qu’il écoute l’herbe qui pousse. II pense l’époque présente. Une phrase résume au final sa pensée originale et paradoxale : « La société est plusieurs. »