Les femmes sont-elles vraiment moins violentes que les hommes ?

Ce n’est pas vrai pour les souveraines des temps anciens – Agrippine ou Irène l’Athénienne – qui eurent à lever des armées, à mater des révoltes, à étouffer des complots…

C’est encore moins vrai pour les auxiliaires zélées du nazisme que furent Irma Grese, gardienne à Auschwitz, ou Ilse Koch, la « Sorcière de Buchenwald ».

C’est absolument faux pour des criminelles de droit commun telles que la comtesse Báthory qui se baignait dans du sang de jeune fille pour entretenir son teint, ou Delphine Lalaurie l’esclavagiste sadique…

Et si la femme était tout simplement un être humain, capable du meilleur comme du pire ?

Furies, démones et sorcières se sont donné rendez-vous dans ces pages !